Mon minimalisme




Une personne minimaliste est une personne qui met en oeuvre le minimum d'éléments, qui bouleverse le minimum de chose.


Si je m'en tiens a la pur définition, je n'ai pas toujours été du cote minimaliste de la force... c'est même le contraire!
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours accumulé des tas de choses, fringues, accessoires, maquillage, deco, de la paperasse... lorsque j'y pense ça me donne le tourni.
Autant de choses qui sont la, qui prennent de la place, des choses dont on ne se sert pas forcement, parfois même jamais, qu'on rachète aussi de temps en temps; et sans jamais se résoudre a s'en débarrasser.

Je me souviens par exemple, des 7 ou 8 shampooings qui trônaient en permanence sur le rebord de ma baignoire, et tout autant d'après-shampooing et de masques en tout genre, dont je me lassais avant même de les avoir entamé de moitié...  #angoisse
Et de toutes ces fringues que j'achetais pour ne les mettre qu'une fois, et qui finissaient entassées au fin fond d'un tiroir...
Le maquillage, je ne t'en parle même pas, ça te donnerai des sueurs froides.

Chacun de mes déménagements étaient quand-même le prétexte de profiter d'un gros tri et de repartir sur de bonnes bases avec le strict nécessaire. 
Alors oui, ça fonctionnait mais pendant quelques mois seulement...!

J'aimerai même pouvoir te dire que le déclic s'est fait en déménageant sur Londres il y a quelques années en étant restreinte de vivre dans de petites chambres avec peu de rangements, mais crois moi, lorsqu'il s'agit d'entasser des trucs et des machins, petits espaces ou pas, bizarrement la place tu la trouves ou tu la fait!


Je peux vivre avec peu de choses

Le 1er petit déclic a eu lieu l'an dernier, lorsque j'ai déménagé a Sydney et que j'ai du faire rentrer 5 ans de ma vie dans 3 valises!
Je ne voulais rien laisser derrière moi, j'ai alors vendu la plupart de mes meubles et il a bien fallu que je fasse un tri drastique dans mes affaires.
Et tu sais quoi? Ca n'a pas été si difficile que ça, et mieux encore!  je me suis aperçue au fil des semaines, des mois, que toutes les choses dont je m'étais séparée ne me manquaient pas le moins du monde.
Et ouais, finalement, j'étais capable de vivre avec peu de choses et être très heureuse.


Les choses ne me rendent pas plus heureuse

Et puis je suis rentrée sur Londres, ma vie toujours dans 3 valises, et j'ai voulu garder cette habitude de n'être entourée que de choses essentielles.

Le 2eme déclic et je pense, le plus important, a été de réaliser que posséder des choses ne me rendaient pas plus heureuse, qu'elles ne m'apportaient pas forcement de bonheur.
Passé le moment d'excitation intense de l'achat, je réalisais qu'ajouter un énième pantalon dans ma penderie ne me procurait pas la joie que j'attendais, ou du moins qu'elle durait quelques heures, tout au plus.
Je me rendais même compte que plus les choses prenaient de la place dans ma chambre, plus elles en prenaient aussi dans ma tête, ces accumulations finissaient par m'angoisser, je me sentais étouffée.
J'avais besoin de libérer mon esprit en libérant mes étagères, mes placards et mes tiroirs.

Encore aujourd'hui c'est une question que je me pose au moment d'un achat ou lorsque j'hésite encore a me séparer de quelque chose, "Est ce que ça me rends vraiment happy?" et si la réponse est je ne sais pas, ou non, alors bye!


NON au "Au cas ou?"

J'ai évidemment traversé la période du "Au cas ou!", toi aussi tu la connais! 
Je vais garder cette paire de pompes que je n'ai pas mise depuis 2ans mais "au cas ou" je serai susceptible de la remettre lors d'une soiree, je la garde!
NON.
Ca n'arrive jamais, évidemment!
Ma règle est simple et je me l'impose, si je n'ai pas porté telle ou telle fringue depuis au moins 6mois, je la donne, je m'en sépare; Pareil pour les chaussures, accessoires, etc...

Lorsque je voyage, c'est pareil, le "Au cas ou?", c'est NON, et pourtant c'est bien lui qui te fait prendre 4 valises pour 1 semaine de vacances, avec 5 paires de jeans, 6 paires de chaussures,...
Je me connait par coeur et je sais pertinemment ce que je vais porter ou pas, donc je me fais violence et je n'emporte que l'essentiel.


Retrouver la valeur des choses

En revenant a l'essentiel, j'ai découvert une chose que j'avais perdu depuis longtemps, la valeur des choses.
Le plaisir de mettre ton chapeau parce que tu n'en a qu'un, mais tu le chéri, tu en prends soin, tu y fait attention, tu le regardes avec amour car tu n'en a qu'un; 
La satisfaction d'utiliser ton fond de teint jusqu'a la dernière goutte, ou même juste la satisfaction de finir un produit et d'aller en racheter un autre! #bonheur
Ca peux paraitre ridicule mais a se noyer dans des montagnes de choses, on ne finit par plus les voir, de plus les regarder, de ne plus les apprécier a leur juste valeur.


Se détacher des choses

En apprenant a me séparer des choses, j'ai aussi appris a m'en détacher sentimentalement. 

Alors attention, bien évidemment la montre que mon père m'a offert pour mes 30ans, je l'aime d'amour et je ne m'en séparerai jamais, il existe certaines choses que je garderai toute ma vie car elles ont une grosse valeur sentimentale; 
Mais je garde en tête, toujours, que les choses ne sont que des choses, du matériel qui est utilisable et remplaçable.
Sans attache sentimentale, il est beaucoup plus facile de s'en séparer.


--------------------------------------------------------

-----------------------------------------------------


Bien entendu, je ne pratique pas le minimalisme a l'extreme, je fais selon mes envies et ce qui me rend heureuse, et il m'arrive encore de m'acheter un truc qui me fera plaisir sur le moment et dont je ne me servirai plus une semaine après, mais ça m'arrive de moins en moins souvent.

J'essaye de garder uniquement des choses dont je me sert au quotidien et qui apporte une vraie valeur ajoutée a ma vie, qui me rende happy; 
Et crois moi, il y en a peu, tu te rends compte finalement, qu'il en faut très peu pour être heureux!



Et vous les filles? Quel est votre rapport aux choses, je serai curieuse de savoir! 


A très bientôt ♡

9 comments:

  1. Magnifique article !!
    Je pense qu'il faut un élément déclencheur pour se rendre compte de tout cela. Pour toi cela a été un voyage/déménagement, pour moi c est la maladie...
    On se rend compte qu il y a, en fait, peu de choses qui nous remplissent de bonheur et de bien être.
    Je me suis aussi débarrassée de beaucoup de vêtements (les au cas où), d objets et même des humains en tout genre pour me recentrer sur l essentiel et sur les choses/objets/sensations/personnes qui me font du bien !
    Et que c est bon aussi de faire du tri/vide autour de soi ��

    ReplyDelete
    Replies
    1. Exactement, le bonheur tiens a très peu de choses. Ahahah et biensur j'oubliais... le tri parmis les humains est aussi essentiel et tellement bénéfique!!! ;)
      Pleins de gros bisous ma belle ♡

      Delete
  2. Je découvre ton blog grâce au RT de Mango&Salt sur Twitter.
    Ton article me parle beaucoup car je suis dans la même démarche aujourd'hui. C'est assez difficile en fait au début mais après c'est presque vital d'avoir moins (moins de choix, moins de temps perdu, moins de stress avec toutes ces affaires inutiles).
    Les déménagements aident à ça c'est vrai mais aussi le quotidien. J'apprécie de plus en plus à ne RIEN avoir sur mes meubles par exemple ou juste une plante par exemple.
    Bref, super article !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Ah bienvenue par ici alors! ;)
      C'est ça, passé l'élément déclencheur, c'est assez difficile de revenir en arrière, moins on en a et mieux on se porte!
      merci beaucoup pour ton petit mot :))

      Delete
  3. Super article, comme d habitude! Alors moi, j ai été obligé de faire du tri dans mon dressing pour libérer de la place,pour l arrivée de mon bébé! Et j ai résonné de la même manière, j'ai été un peu plus large en terme de délai, si je n ai pas porté, le vetement de deux saisons, je m' en debarasse! Et j ai beaucoup beaucoup libéré de places....et ça fait du bien!comme tu dis ça libére l'esprit. Et à aucun moment j ai regretté telles ou telles fringues...concernant mes achats aujourd'hui, j essaie de m interroger davantage :est ce que je l aime vraiment, est ce que ce petit haut je l'accorderai facilement avec le reste de mon dressing. J ai aussi tendance à privilégier, depuis quelques mois, la qualitée à la quantitée. Que ça soit la nourriture, les bijoux,les meubles, la deco interieure...et encore mieux si c est fabrication française. ..même si c est pas toujours évident! Le livre que j avais beaucoup aimé il y a des années sur le sujet était " l'art de la simplicité, de Dominique Loreau.même si je ne l avais pas mis en application, il m'avait interpellé. Bonne soirée Lexie. Et merci!


    ReplyDelete
    Replies
    1. merci pour ton message Sandrine! Du coup je l'ai lu sans respirer...!! ;)
      Les achats sont plus réfléchis, la motivation n'est plus la même, et bouuhh que ça fait du bien!

      Delete
  4. Euhhh j'étais lancé sur le sujet...J'en ai oublié de respirer! 😕 Pas d'espace...désolé.

    ReplyDelete
  5. Cette démarche me trotte dans la tête depuis un petit moment et ce fameux cas de figure, ce "au cas où" mdr, qu'il prend de la place ah ah ! Ton article fait encore mûrir cette idée de grand tri, de grand ménage émotionnel aussi, car oui, accumuler les choses ça en ai parfois étouffant.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Arff oui il prend TELLEMENT de place!
      Je pense qu'il faut avoir le tout petit déclic et puis tu verra, quand tu sera lancée tu te demandera même comment est ce que tu as fait pour ne pas le faire avant!! ;)

      Delete