Les Bouquins #1





Je l'ai dévoré en 3 jours... et encore, j'ai fait durer le plaisir!

Quand s'en ira la peur est le tout 1er roman de Manon Lecor, qui a aussi un blog trop cool, sur lequel elle raconte l'écologie, ses lectures, des états d'âmes, la vie, la vraie et non pas des articles figés papier glacés sans intérêts qui puent la mise en scène a 3km.

Et, j'ai retrouvé la même ambiance dans son livre, pas de chichis, pas de niaiseries, pas de phrases pour ne rien dire, je ne me suis pas ennuyée 1 seconde.

C'est l'histoire de Gabrielle, 26 ans qui, sur le papier a une vie parfaitement réussie, et qui, du jour au lendemain, fait un "burn out".
Au fil de la lecture, on la suit dans ses interrogations, son mal être et son envie de s'en sortir, de réapprendre a s'écouter, a vivre tout simplement.

Qu'est ce que j'ai pu m'identifier a Gabrielle! 
A certains paragraphes, je me disais même que Manon avait du faire de la télépathie avec mon cerveau tellement toute cette histoire sonnait juste.

Les sentiments par lesquels passent Gabrielle sont tellement bien ecrit, j'ai ressenti aussi bien sa détresse, ses peurs, que son courage, ses doutes ou ses envies de foncer.


Voici 2 petits extraits qui m'ont marqués, entre autres - 

" Je vais bientôt avoir 27 ans, je me sent déjà lassée et fatiguée par la vie, mais je ne souhaite pas mourir [...] Je crois qu'un jour, j'ai cessé de m'écouter pour rentrer dans des stéréotypes qui sont a milles lieues de mes envies." 

"Pourquoi tout est devenu prétexte a la peur? J'ai peur d'avoir peur tout le temps ..."


Un vrai petit bijou ce bouquin, bravo Manon!




L'Etranger - ALBERT CAMUS


Je ne suis pas du tout familière avec les livres d'auteurs, c'est d'ailleurs le 1er que je lis.

Même si j'ai toujours beaucoup lu, je n'ai pas jamais été très littéraire au sens classique, j'ai préféré étudier le corps humain au lycée, et donc je n'ai pas eu d'éducation a proprement parler a la littérature classique. 

L'étranger trainait parmis mes bouquins depuis 1 bail et je me suis décidé a le lire.

Apparemment, c'est le 2 eme ouvrage francophone le plus lu dans le monde après "Le Petit Prince"
Mince, que j'aime ou non, ça serai dommage de passer a cote.


J'ai eu vachement de mal au début, moi qui adore les dialogues, il n'y en a quasiment pas, juste une narration a la 1ère personne de Meursault qui raconte ses journées, le cours de sa vie et ses pensées. 
Ce qui m'a fait l'effet d'une lecture plate et sans intérêt durant les quelques 1ères pages, s'est révélée étrangement riche et apaisante jusqu'a la fin du livre.  


On suit le personnage de Meursault, vivant a Alger, a travers la perte et le deuil de sa mère, ses relations de voisinage, son quotidien, jusqu'a son emprisonnement pour meurtre.


Comme le dit Camus dans l'Avant-propos:

" [...] Meursault est étranger a la société dans laquelle il vit [...] il refuse de mentir. 
Mentir ce n'est pas seulement dire ce qui n'est pas. C'est aussi, c'est surtout, dire plus que ce qui est et, en ce qui concerne le coeur humain, dire plus qu'on ne sent. "

Ce livre m'a donné un sentiment de quiétude et d'apaisement incroyable, le récit est brut, il est vrai, pas d'enrobage de la réalité, pas de pincette pour dire quoi que ce soit, et ça fait tellement de bien.


Voici l'extrait qui m'a vraiment touché -

(Meursault sors de l'audience pour accusation pour meurtre, il est dans la voiture de police qui le ramène dans sa cellule de prison)

"En sortant du palais de justice pour monter dans la voiture, j'ai reconnu un court instant l'odeur et la couleur du soir d'été.

Dans l'obscurité de ma prison roulante, j'ai retrouvé un a un, comme au fond de ma fatigue, tous les bruits familiers d'une ville que j'aimais et d'une certaine heure ou il m'arrivait de me sentir content. 

Le cri des marchands de journaux dans l'air déjà détendu, les derniers oiseaux dans le square, l'appel des marchands de sandwiches, la plainte des tramways dans les hauts tournants de la ville et cette rumeur du ciel avant que la nuit bascule sur le port, tout cela recomposait pour moi un itinéraire d'aveugle, que je connaissais bien avant d'entrer en prison.
Oui, c'était l'heure ou, il y a bien longtemps, je me sentais content.

Ce qui m'attendait alors, c'était toujours un sommeil léger et sans rêves. Et pourtant quelque chose était changé puisque, avec l'attente du lendemain, c'est ma cellule que j'ai retrouvé.

Comme si les chemins familiers tracés dans les ciels d'été pouvaient aussi bien mener aux prisons qu'aux sommeils innocents. "


Elle est pas tellement belle cette dernière phrase?


L'Etranger, est un bouquin complètement a part, tellement diffèrent, qui semble même ingénu ou a cote de la plaque, et pourtant, il sonne juste et tellement vrai.


2 comments:

  1. Oh tu me donnes envie de me procurer le livre de Manon
    Je la suis aussi sur son blog et je l'adore
    Et on en parle tellement de ce petit bouquin
    Je pense que beaucoup ont du voir en lui comme une thérapie
    L'histoire me tente pas mal
    Et l'Etranger, un de mes bouquins favoris, avec l'Alchimiste ;)
    www.mademoisellevi.com

    ReplyDelete
    Replies
    1. Fonce, il est top!
      Simple, frais et il te donne le petit coup de pouce nécessaire si tu es un peu perdue ou hésitante a faire les choses! ;)

      Delete

);